AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 laying under the stars - ft. Aleska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
membre ≡ gryffindor house
avatar
membre ≡ gryffindor house
Voir le profil de l'utilisateurhttp://turnonthelight.forumactif.com/t288-nathan-i-ve-become-so-
△ inscrit(e) le : 22/08/2017
△ messages : 435
△ points : 1776
△ avatar : lucky blue smith.
△ crédits : bonnie - avatar ○ astra - code signature.
△ disponibilité rp : indisponible. (5/4)

△ âge : dix-sept ans de désillusion.
△ statut du sang : sang-mêlé.
△ amoureusement : célibataire. trop rêveur, trop déséquilibré, il se voit mal avancer auprès de quelqu'un qu'il ne ferait qu'écorcher.
△ maison : il revêt cette cravate aux lueurs rouge et or à chaque aube.
△ études : il s'est miraculeusement hissé jusqu'à sa septième année.
△ baguette : taillée dans du bois d'aubépine, coeur en crin de licorne, 26 cm et relativement souple.
Lun 11 Sep - 20:20
Re: laying under the stars - ft. Aleska
the darkest nights produce the brightest starsaleska & nathan

Elle ne confirme autant qu'elle ne dément rien ; sûrement parce qu'elle est consciente que ce qu'elle a laissé échapper a été amplement suffisant pour comprendre. Une atmosphère lourde pèse maintenant autour de la verte et du rouge dont la colère ne fait qu'accroître. Un silence est parfois beaucoup plus parlant que n'importe quel mot et ici, il en a une nouvelle confirmation. Peser le pour et le contre, tempérer ses émotions, il en est pour le moment incapable. Les mots qu'elle prononce ensuite ne sonnent plus comme cette habituelle douce mélodie à ses oreilles. Ils semblent lointain, fades même. Au ton de sa voix il comprend surtout qu'elle tente d'atténuer la gravité de la situation... en vain. Rosier l'a stoppé. Et s'il n'avait pas été là ? Et si la prochaine fois que ça arrive, ils ne sont qu'entre quatre yeux sans personne autour pour intervenir ? Toujours l'expression sévère, Nathan tente de se concentrer sur les étoiles qui brillent au dessus d'eux. Il a peu d'espoir que ce sentiment de haine redescende aussi vite qu'il lui est monté mais il ne veut tout simplement pas que la serpentarde en soit témoin. Elle ne comprendrait pas, de toute façon. Orion, sang-pur aux mains sales. Minable. Le gryffondor est bien placé pour savoir ce que l'on ressent lorsque l'on est à deux doigts d'exploser ; il sait combien il est difficile de conserver le peu de rationalité épargnée par la rage pour ne pas s'en prendre à ceux qui nous autour ce qui rend cet acte d'autant plus impardonnable. Le regard du rouge reste rivé sur le ciel, silencieux. Maintenant qu'il est dans la confidence il craint de ne la regarder et remarquer quelque chose ; que ce soit sous la forme d'un bleu ou même d'une marque éphémère, l'idée même qu'il ait osé la toucher lui fait oublier toutes ses bonnes résolutions. « Très bien. » Il murmure seulement dans l'espoir que sa voix ne trahira pas sa fureur. Plutôt ironique que quelques instants après avoir découvert ce qui n'aurait pas pu davantage le mettre hors de lui, il se confit à elle sur ses problèmes à gérer ses émotions convenablement. Comme maintenant.

Nathan ne sait même pas ce qui le retient ici, assis comme un l'idiot alors que cet enfoiré de première doit vaquer à ses occupations comme si rien n'était. L'un des points positifs est que sa rancune est si tenace qu'elle lui permet de faire preuve de patience, beaucoup de patience. Pour lui la vengeance est un plat qui se mange froid et il n'y a aucun doute à avoir sur le fait que le Dolohov en fera les frais, à un moment ou à un autre. On ne lève pas impunément la main sur une femme... encore moins sur elle. « Nous retrouver ici tous les deux à la tombée de la nuit sans nous être concertés en est déjà une preuve criante, tu ne crois pas ? » Il ajoute, le ton adouci au même titre que l'expression figée sur son visage. La colère est toujours là bien présente et réclamant son du mais tout comme elle l'a dit plus tôt, il ne tient pas non plus à gâcher ce moment agréable. Encore moins à cause d'Orion. « Peut-être, peut-être que non. » Il commence, tantôt perdu dans ses pensées tantôt ses souvenirs. « En tout cas je ne pense pas prendre de risque en avançant que tu te tiendras certainement plus fidèlement à tes engagements que moi. » Ses lèvres esquissent un sourire discret, animé quelque peu par le regret. « On en aura bien profité toutes ces années. » Il termine sur une note plus légère en prenant une longue inspiration. Ses poings se desserrent mais son cœur n'en reste pas moins lourd. Plus de colle... Plus de raison valable pour passer du temps avec elle ? Le pincement au cœur ne dure pas écourté par la blague d'Aleska. « Alors là, tu rêves. » Il répond du tac au tac en retrouvant un regard plein de malice comme souvent lorsqu'il est question de compétition. Contrairement aux autres cours, s'il y a bien une chose dans laquelle il excelle, c'est le quidditch.

« Merci. » Finit-il par conclure ne souhaitant pas s'attarder plus longtemps sur ce sujet tabou. Et puis il ne va pas lui mentir effrontément en lui disant que ça va ; il est bien là pour la même raison qu'elle : parce que ce n'est clairement pas le cas. Pour elle comme pour lui il est également clair que moins ils en parleront et mieux les choses iront. Certains problèmes n'ont pas besoin de solutions miracles, juste de temps un peu à l'image d'une plaie. Prêt à s'ouvrir à elle comme jamais auparavant, il ne se sent cependant pas encore capable de soutenir son regard durant l'instant qui va suivre. Il ne veut pas que les choses deviennent gênantes et est parfaitement conscient que son comportement n'aide pas à l'empêcher. « Ce n'est rien de très important, hein.... » Il lance, les doigts courant gracieusement sur la surface de l'eau. « Une anecdote amusante. » Il décide finalement de se faire violence pour la contempler à nouveau, un sourire faussement détendu sur le visage. Le plus dur c'est de commencer. Une fois qu'il sera lancé, les choses iront toutes seules et ils pourront tous les deux passer à autre chose. « Tu te souviens de notre premier jour ? Celui de la répartition ? » Il demande, se remémorant lui-même l'instant qui a décidé pour lui que son cœur battrait désormais au rythme de celui de la verte et argent. « Je n'avais jamais ressenti quoi que ce soit pour aucune fille. En fait je ne m'y étais même jamais intéressé.  » Un rire nerveux échappe à son contrôle. Il se sent partiellement mieux mais il sait qu'il ne peut s'arrêter en si bon chemin. « Jusqu'à ce que je te vois. » Le rire laisse place à un sourire à la fois sincère et amusé. « Je l'ai longtemps gardé pour moi parce que je ne savais pas comment l'avouer mais.... On est en dernière année maintenant. » Il a mûri et s'est fait à l'idée qu'il ne s'agissait que d'un rêve irréalisable. « Et puis il y a prescription, depuis le temps. » Il rit, s'éloignant du bord de l'eau pour se réinstaller. Ses épaules lui semblent déjà moins lourdes. Si ça c'est effectivement passé il y a longtemps elle n'a aucun besoin de savoir que contrairement à ce qu'il laisse entendre, cela ne s'est jamais vraiment terminé. Il craint déjà assez que les choses ne soient plus les mêmes entre eux après cette révélation. « Tout ça pour dire que grâce à toi je sais que le coup de foudre existe. » Il termine avec humour, espérant que cela suffirait à ne pas la faire fuir. En avait-elle été consciente à un quelconque moment ? Il n'en avait aucune idée mais l'expression sur son visage l'aiderait certainement à lever le voile sur cette question.

HJ: elle est parfaite, il n'y a rien à y redire.  

©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


everything feels mixed up
and you're sitting there, trying to figure out what's wrong but you just don't know.



Dernière édition par Nathan Adams le Mer 13 Sep - 9:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
membre ≡ slytherin house
avatar
membre ≡ slytherin house
Voir le profil de l'utilisateurhttp://turnonthelight.forumactif.com/t171-and-the-snakes-start-t
△ inscrit(e) le : 08/07/2017
△ messages : 425
△ points : 1661
△ avatar : Bridget Satterlee
△ crédits : ©Primbird
△ multicomptes : /
△ disponibilité rp : Disponible (2/4)

△ âge : Dix-sept ans
△ statut du sang : Sang-Mêlé
△ amoureusement : Célibataire
△ maison : Serpentard
△ études : Septième. Elle excelle en potions, botanique et l'étude des Runes
△ baguette : Bois de Sureau. Mesurant 28,5 cm.ventricule de dragon. Difficile à manier
Mar 12 Sep - 15:16
Re: laying under the stars - ft. Aleska


the darkest nights produce the brightest stars


Ce «très bien» murmuré du bout des lèvres, tu le sais, n’est là que pour clore cette déplaisante conversation. Cependant, tu connais suffisamment le rouge et or pour savoir que cela ne s’arrêterait pas là. Mais comment désarçonner la bombe que tu avais lancée par inadvertance ? Parce que s’il se décidait un jour de provoquer Orion, tu ne donnerais pas cher de sa peau. Ne récoltant que coups et blessures, retenues... Ton estomac se retournait rien que d’y penser et l’envie de t’assener une gifle te prend. Que tu ne le veuilles ou non, tu semblais destinée à n’apporter que malheur autour de toi.

Pourtant lorsqu’il en vient à suggérer que vous retrouver ici tous les deux à la tombée de la nuit est pour lui une preuve criante, tu ne peux empêcher ton côté pragmatique de guider ta pensée. Cette rencontre n’est due qu’à un simple concours de circonstances. S’il n’y avait pas eu cette scène avec Orion, tu serais assise à la fenêtre de ton dortoir à attendre une nouvelle fois que le sommeil te gagne et non plus à vagabonder à travers le château comme tu avais pour habitude. Juste à cause de ce fichu ultimatum. Viendra alors le moment où la douce folie te tendra la main. Car à devoir te contenir comme tu t’es contenu tout l’été, elle deviendra ta seule amie et par merlin, cela ne risque pas d’être plaisant à voir.

« Tu te souviens de notre premier jour ? Celui de la répartition ? » Ton entrée à Poudlard. Comment l’oublier ? C’était l’un de tes souvenirs les plus précieux. Celui qui avait signé le début de ta liberté. Libérée de ces chaînes qui t’entravaient. Celles qui te reliaient indubitablement à ton jumeau et ta jumelle. D’un simple hochement de tête, tu l’invites à poursuivre alors que tes yeux se peuvent s’empêcher de s’attarder sur ce sourire qui illumine son visage alors qu’il t’avoue sans détour avoir ressenti quelque chose pour toi dès le premier instant où tu lui es apparu.

Comme une huître, ton visage se ferme, balayant toute émotion qui pourrait trahir tes pensées. Parce que tu l’avais remarqué toi aussi. Comment en aurait-il pu être autrement ? Avec ces cheveux d’une blancheur angélique et de ce regard d’un bleu perçant, tu l’avais suivi du regard alors qu’il prenait place sur le tabouret sans prêter attention à ce que te murmurait Alana. Sans ressentir la pression qu’elle exerçait sur ta main alors que votre tour approchait. D’emblée, il t’avait intriguée. Et lorsque ce fut ton tour, ton regard s’était attardé à la table des gryffondors, avec ce prétexte de trouver un peu de réconfort en Arthur qui était assis non loin de lui, mais tu n’y trouvas que déception lorsque le choixpeau annonça Serpentard comme ta nouvelle maison. Alors tu n’avais pas remarqué le regard du beau blond, déjà focalisée à cacher cette amertume en plaquant un grand sourire tout en allant t’asseoir avec ceux qui deviendraient ta nouvelle famille.

« Et puis il y a prescription, depuis le temps. » Ces mots résonnent en toi, te blessent sans que tu saches pourquoi. Alors tu t’obstines à garder le dos tourné bien qu’il attende certainement que tu prennes la parole. Mais tu ne veux en aucun cas qu’il aperçoive cette multitude d’émotions traverser ton visage. Partagée entre la tristesse, la déception, la colère qui ne semble plus te quitter. Quelque chose vient de se briser en toi. Tu n’as jamais été fichue de remarquer quoi que ce soit lorsqu’il s’agissait de sentiments. Parce que l’amour est surfait, que cela ne sert à rien... En réalité, il s’agissait d’une peur irrationnelle. Celle de souffrir, de détruire l’autre par tes sautes d’humeur, ta possessivité maladive et d’être finalement, abandonnée. Personne ne peut supporter ce genre de chose. Alors tu as appris à feindre l’indifférence lorsqu’un garçon t’avouait ses sentiments jusqu’à ce que cela en devienne naturel.


© TITANIA


Spoiler:
 

_________________


A fire inside but my blood's turning cold.
Revenir en haut Aller en bas
membre ≡ gryffindor house
avatar
membre ≡ gryffindor house
Voir le profil de l'utilisateurhttp://turnonthelight.forumactif.com/t288-nathan-i-ve-become-so-
△ inscrit(e) le : 22/08/2017
△ messages : 435
△ points : 1776
△ avatar : lucky blue smith.
△ crédits : bonnie - avatar ○ astra - code signature.
△ disponibilité rp : indisponible. (5/4)

△ âge : dix-sept ans de désillusion.
△ statut du sang : sang-mêlé.
△ amoureusement : célibataire. trop rêveur, trop déséquilibré, il se voit mal avancer auprès de quelqu'un qu'il ne ferait qu'écorcher.
△ maison : il revêt cette cravate aux lueurs rouge et or à chaque aube.
△ études : il s'est miraculeusement hissé jusqu'à sa septième année.
△ baguette : taillée dans du bois d'aubépine, coeur en crin de licorne, 26 cm et relativement souple.
Mer 13 Sep - 10:44
Re: laying under the stars - ft. Aleska
the darkest nights produce the brightest starsaleska & nathan

S'il arrête d'en parler c'est juste parce qu'il peut voir au comportement de la verte qu'elle n'a aucune envie de continuer sur cette lancée et qu'il respecte sa décision. En plus de ça un sentiment désagréable lui murmure que ce n'est que la surface visible de l'iceberg ; que cette réaction ne couve pas seulement de la colère. Elle est venue ici pour se changer les idées et non ressasser un événement qui, à juste titre, a eu l'air de la marquer. Son jeu d'acteur a rarement été plus médiocre mais après tout, ce n'est pas comme s'il cherche vraiment à cacher le fond de sa pensée. A quoi bon tenter de lui cacher alors que la pénombre le fait déjà en partie pour lui... Et qu'elle a plus d'une fois été témoin de ces descentes aux enfers. En colle, il n'y est pas aussi souvent sans raison. Une majorité du temps pour son arrogance à toute épreuve, parfois son manque de travail et d'autres fois, plus sérieuses, pour des mots exprimés par le biais des poings. Orion est typiquement le genre de petite exception que Nathan aimerait faire ; comme ces voleurs qui font un dernier casse, celui du siècle, avant d'envoyer prendre la poussière à tout jamais cagoule et gants de cuir au fond d'une armoire. Une dernière, pour la route. Bien méritée en somme. Le seul point noir capable de faire douter le gryffondor sur ses ambitions reste la réaction que pourrait avoir Aleska en le découvrant. Sans doute lui en voudrait-elle, à raison pour elle et à tort pour lui. Il a levé la main sur elle, n'est-il pas que justice qu'une autre vienne lui en apporter le revers ? Il n'aurait même pas besoin de s'expliquer sur son geste en réalité puisque l'animosité qui sévit entre eux est connue de tous et ce, depuis plusieurs années déjà.

Le silence qui suit cette conclusion n'est rien en comparaison de celui qui perdure après ses derniers mots. Voilà, c'est dit. Finalement ça a été plus facile qu'il ne le pensait. Sûrement parce que contrairement à ce qu'il a bien voulu raconter, il n'est pas entièrement allé au fond des choses. Franc avec ses limites. Courageux, mais pas trop non plus. Belle image pour un élève aux couleurs du gryffon connu pour sa bravoure sans égal. Il se réconforte seulement en se disant que l'essentiel a été fait et qu'il peut maintenant essayer d'avancer en paix d'âme mais aussi de cœur. Si jusqu'à là le temps est passé comme une traînée de poudre, l'effet commence lentement à s'inverser à son plus grand désarroi. Il les sent s'écouler et s'évanouir dans la nuit noire. Comme un miroir de son âme, la lune finit par disparaître faisant régner à nouveau l'ombre la plus totale sur les deux infortunés. Elle ne lui était de toute façon de plus aucune utilité : la verte et argent de dos, il n'a pas eu la satisfaction de déceler quelque émotion sur son visage. Son langage corporel n'est d'ailleurs pas plus encourageant. Elle demeure là, immobile et silencieuse tandis que Nathan se noie dans le chaos qu'il a lui-même semé. Il ne regrette pas sa décision de le lui avouer – une occasion pareille ne se serait probablement jamais reproduite – mais peut-être la façon de le faire. Craintif à l'idée qu'elle ne sache que cet attachement demeurait en lui, toujours inchangé et passionné, il s'était caché derrière une nonchalance exagérée. Il y a prescription. Ces mêmes mots qu'il a prononcé bêtement continuent vibrer en lui comme s'ils traçaient le sillon de sa perte. Après tout peut-être le mérite-t-il ce silence, pour avoir menti aussi effrontément.

«  Si tu pouvais dire quelque chose, n'importe quoi, ce serait... Bien. » Lâche-t-il finalement après ce qui lui a semblé une éternité, suivi d'un rire gêné à semi étranglé. L'ambiance est devenue pesante, loin de cette douce chaleur qui lui a caressé le cœur lorsqu'il l'a vue assise sur ce rocher à son arrivée. A nouveau son tic le reprend alors qu'elle lui tourne toujours le dos : il se triture les mains et ses dents titillent nerveusement sa lèvre inférieure. « J'espère que ça ne change rien à...  » Nous? Il hésite, perplexe. Y en a-t-il seulement un ? Non, probablement pas. Il n'y en a jamais eu alors pourquoi cela commencerait-il maintenant ? « Enfin tu vois.  » Il termine en se laissant doucement tomber en arrière. Il est maintenant allongé sur le sol froid, à l'abri du regard ou plutôt de la tentation d'observer Aleska. Il peine à trouver quoi dire, quoi faire et bien qu'il repose plus ou moins confortablement maintenant il a l'impression que la terre continue à se dérober sous lui. Peut-être ces vertiges sont-ils normaux, habituels. De ceux dictés par l'amour lorsque l'on fait quelque chose de décisif - ou dans son cas suicidaire, il en a bien l'impression - envers la personne qui nous l'inspire. « Désolé si je t'ai mise mal à l'aise.  » Sont les derniers mots qui percent le silence d'or qui règne à nouveau. L'expression « horrifiée » a manqué de peu de remplacer sa formule pensée avec tact. Après tout peut-être que comme les astres qu'il s'aime tant à observer, elle fait partie de ces choses magnifiques qu'on ne peut qu'observer de loin, rêver sans jamais y toucher ne serait-ce que du bout des doigts. Un rêve fugace dont Nathan n'aurait jamais voulu voir la fin.

HJ: c'est moi qui vais commencer à te bouder si tu continues à dire des bêtises. c'était parfait.    

©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


everything feels mixed up
and you're sitting there, trying to figure out what's wrong but you just don't know.

Revenir en haut Aller en bas
membre ≡ slytherin house
avatar
membre ≡ slytherin house
Voir le profil de l'utilisateurhttp://turnonthelight.forumactif.com/t171-and-the-snakes-start-t
△ inscrit(e) le : 08/07/2017
△ messages : 425
△ points : 1661
△ avatar : Bridget Satterlee
△ crédits : ©Primbird
△ multicomptes : /
△ disponibilité rp : Disponible (2/4)

△ âge : Dix-sept ans
△ statut du sang : Sang-Mêlé
△ amoureusement : Célibataire
△ maison : Serpentard
△ études : Septième. Elle excelle en potions, botanique et l'étude des Runes
△ baguette : Bois de Sureau. Mesurant 28,5 cm.ventricule de dragon. Difficile à manier
Mer 13 Sep - 18:30
Re: laying under the stars - ft. Aleska


the darkest nights produce the brightest stars




« Si tu pouvais dire quelque chose, n'importe quoi, ce serait... Bien. » Lentement se déversent sur toi ces mots emprunt d’embarras, de ce rire bien trop étouffé pour te paraître naturel. A-t-il conscience qu’en laissant échapper ces sons, cela ne fait que raviver ce feu qui peu à peu se calmait. Partagée entre deux, tu ne sais que faire, que dire. Parce qu’il y a ce côté, compréhensif qui voudrait pouvoir le rassurer, faire comme si tout allait pour le mieux afin qu’il puisse retourner en paix avec ses pensées. Et cette autre partie chargée d’une sombre déception, celle qui t’étouffe à tel point qu’il t’est impossible de réfléchir correctement à tout ce qu’il vient de se passer, de se dire. Tu aimerais pouvoir sortir de ce marasme, de déposer tout ça sur un coin de table pour examiner la situation, décortiquer chaque phrase, chaque mot que le blond a prononcé, chaque non-dit. Afin de ne pas te laisser guider par tes sentiments qui n’en font qu’à leur tête. Tu le sens, c’est là tapi, non loin de tes lèvres, prêt à jaillir comme le venin d’un serpent. « J'espère que ça ne change rien à...  » La mâchoire serrée, tu inspires lentement. L’air te brûle la gorge. Tes yeux, tu les fermes, pour une courte durée seulement et tu te détournes. Détourne de ce lac qui aussi sombre que cette merde qui bouche peu à peu tes poumons. A quoi ? À vous ? À votre relation ? Mais quelle relation si ce n’est qu’une putain d’amitié. Et ce terme est bien trop charmant. Manque de profondeur, manque flagrant de sincérité. Aucun partage d’intimité. Une couche de vernis sur ce qui se rapproche plus à du vent. Rien de solide...

À la vue du griffon couché à même le sol, ce n’est plus la compassion qui jaillira. T’es paumée, t’as envie de crier, de... Ton regard s’assombrit et d’une voix glaciale, tu lui réponds enfin. Qu’y a-t-il de plus à dire, Adams ? Passé du prénom au nom, afin d’ériger une forteresse entre vous. Tu la veux épaisse, avec des tours acérées afin qu’il ne tente rien.Grâce à moi, tu as découvert que le coup de foudre existait ? Merveilleux ! Putain, que croyait-il ? Que tu allais rougir et te sentir honorée d’avoir été celle qui lui avait fait découvrir ce sentiment ? Mais t’en as rien à faire de ce putain d’honneur. À quoi cela t’avance-t-il ? Y a prescription... Alors franchement, t’as pas à t’en faire. Parce qu’il a décidé qu’il y aurait une fin avant un début.Parce que tout continuera comme avant. On se côtoiera en cours, échangerons des civilités et je continuerai à t’envoyer des cognards à la gu...à la tête pendant nos matchs de quidditch. T’as honte de te comporter ainsi, mais à travers tes mots, c’est ta colère qui s’exprime. Parce que tous ces événements t’ont épuisé. T’es à fleur de peau avec ce besoin de démolir quelque chose pour te soulager. Alors c’est lui que tu tentes de piétiner, pour t’essuyer les pieds sur cette fichue révélation, afin qu’elle disparaisse de ta mémoire.

Dégoûtée par ce que tu es, parce qu’il te faut quitter l’endroit au plus vite avant que tu n’aggraves encore plus la situation, tu retournes au pied de l’arbre afin de prendre ta baguette que tu avais oubliée, jetant au passage cette pierre bien trop parfaite -que tu tenais encore au creux de ta paume- au pied du jeune homme et finalement t’enfoncer dans l’obscurité. Parce qu’il était bien connu que les vipères prennent la fuite pour sauver leur peau.


© TITANIA

_________________


A fire inside but my blood's turning cold.
Revenir en haut Aller en bas
membre ≡ gryffindor house
avatar
membre ≡ gryffindor house
Voir le profil de l'utilisateurhttp://turnonthelight.forumactif.com/t288-nathan-i-ve-become-so-
△ inscrit(e) le : 22/08/2017
△ messages : 435
△ points : 1776
△ avatar : lucky blue smith.
△ crédits : bonnie - avatar ○ astra - code signature.
△ disponibilité rp : indisponible. (5/4)

△ âge : dix-sept ans de désillusion.
△ statut du sang : sang-mêlé.
△ amoureusement : célibataire. trop rêveur, trop déséquilibré, il se voit mal avancer auprès de quelqu'un qu'il ne ferait qu'écorcher.
△ maison : il revêt cette cravate aux lueurs rouge et or à chaque aube.
△ études : il s'est miraculeusement hissé jusqu'à sa septième année.
△ baguette : taillée dans du bois d'aubépine, coeur en crin de licorne, 26 cm et relativement souple.
Ven 15 Sep - 20:09
Re: laying under the stars - ft. Aleska
the darkest nights produce the brightest starsaleska & nathan

L'incompréhension la plus totale s'empare de son esprit. Tout ça est-il vraiment en train d'arriver en ce moment ? Probablement que non. A cet instant il doit être endormi sous des draps à peine tirés, plongé dans un cauchemar qu'il n'a fait que trop de fois. Il n'a pas eu le cran de se déclarer en six ans, pourquoi l'aurait-il eu soudainement ? Les choses avaient bien commencées... Trop bien pour que le chaos ne se déverse et s'empare soudainement de ce petit paradis artificiel qui fleurissait à peine pour en arracher les racines. Et pourtant c'est bien la fraîcheur de l'herbe contre sa nuque qui lui arrache un long frisson. Sans oublier la voix de la verte et argent qui s'élève enfin pour abattre son glaive en plein cœur de sa cible. Penaud, le gryffondor aborde d'abord une expression neutre. Le choc lui fait entrouvrir les lèvres sans qu'aucun son n'en sorte cependant. Et peu à peu alors qu'il prend conscience de tournant que sont en train de prendre les choses, il se redresse en position assise pour contempler son bourreau. « Adams ?  » Ses sourcils se froncent et son cœur se serre au même instant. Son nom, cette distance... Cette froideur. C'est si impersonnel. Elle a érigé un mûr de glace entre eux que pas même sa passion brûlante pour elle ne semble pouvoir détruire désormais. « Je....  » Il commence mais ne finit jamais. Les mots ne lui viennent pas et il a l'impression que son souffle se renouvelle difficilement dans sa gorge. Elle a l'air furieuse et le pire dans tout ça, c'est qu'il n'en devine même pas la raison.

Elle répète ces quelques mots qu'il a trouvé intelligent de dire afin de se cacher, une dernière fois. Une facilité qu'il paye maintenant bien qu'il ne décèle toujours pas l'importance de leur utilisation dans cette pseudo rupture qui les déchire. Il aurait voulu se dresser sur ses jambes pour lui faire face, lui demander droit dans les yeux pourquoi elle réagissait ainsi sans qu'elle ne puisse se détourner de la question mais il en est incapable. Ses jambes sont comme enfoncées dans l'herbe, inertes et résolues à ce que les choses restent ainsi. Ses épaules retombent mais son menton, lui, reste bien relevé comme dans l'espoir d'affirmer qu'il ne tolère et ne partage pas la tournure que prennent les choses. « Des civilités ? C'est ce qu'on faisait ? » Il répond finalement, la gorge serrée et le regard à la fois dur et triste. Encore une fois la pénombre le sauve plus ou moins. Elle n'aura pas le plaisir de voir combien ça l'affecte, le détruit. Toutes ces choses qui ont été si faciles à dire pour elle, et crève-coeur à encaisser pour lui. Elle ne répond pas et pourtant, ses yeux restent rivés sur chacun de ses gestes. Ses pas jusqu'à l'arbre et ensuite... cette pierre, lancée à ses pieds comme un ultime coup. Celui de grâce. C'est maintenant elle qu'il observe dans le plus grand silence, la plus grande peine aussi. C'est bien la première fois qu'en cherchant du réconfort auprès des astres, il en ressortira un peu plus brisé.

Ivre de colère et complètement perdu, il finit par s'emparer de cette fichue pierre et bondit sur ses pieds en retournant près de l'eau. La contrariété l'empêche même de remarquer qu'il s'est tellement avancé qu'il a maintenant de l'eau jusqu'aux mollets. Le froid il ne le sent plus, l'air de la brise sur son visage non plus. Il n'est pas comparable à celui qui enveloppe son organe battant à cet instant. La rage au ventre il aurait voulu hurler, frapper ou pire. Mais rien ne se produit. Comme si tout se mélangeait tellement dans son esprit qu'il ne savait même pas par quoi commencer. Comme s'il savait que rien de tout ça ne suffirait à lui faire oublier cette douleur lancinante. Il lève le bras prêt à  envoyer le caillou paître au fin fond du lac. Décidé à le plonger dans l'oubli comme son amour pour elle. Mais il ne le fera jamais. Mouillé jusqu'aux os et l'esprit sombre, il regagnera le château avec plus de poids que lorsqu'il ne l'avait quitté : celui de la culpabilité, de la colère.... et de la pierre demeurant précieusement dans sa poche.

FIN.    

©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


everything feels mixed up
and you're sitting there, trying to figure out what's wrong but you just don't know.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Re: laying under the stars - ft. Aleska
Revenir en haut Aller en bas
 
laying under the stars - ft. Aleska
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment
» Dallas Stars
» We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars !
» Line up the stars ◆ 17/07 | 18h25

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
turn on the light :: le lac de poudlard-
Sauter vers: