AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 " sneaking out. really ? " feat. arthur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
membre ≡ ravenclaw house
avatar
membre ≡ ravenclaw house
Voir le profil de l'utilisateurhttp://turnonthelight.forumactif.com/t143p10-standing-on-the-edg
△ inscrit(e) le : 06/07/2017
△ messages : 71
△ points : 303
△ pseudo : meblang
△ avatar : amelia zadro
△ crédits : frimelda (ava)
△ disponibilité rp : disponible (1/3)

△ âge : dix-sept ans et toutes ses dents, mais pas nécessairement l'expérience qui est sensé venir avec le reste...
△ statut du sang : sang-mêlée, elle est la fille d'un sorcier et d'une moldue. Elle s'en porte très bien, ne vous en faites pas pour elle.
△ amoureusement : toujours aussi inexpérimenté niveau amour. célibataire depuis la naissance et, visiblement, ce n'est pas près de changer pour la belle...
△ maison : serdaigle ; elle est très appliquée en classe, bien qu'un peu loufoque et naïve comme fille. Travaillante, sérieuse et quelque peu hautaine par moment, elle est la sagesse incarnée.
△ études : septième et dernière année plus tout ce qui vient avec. Ses cours favoris sont sans le moindre doute les enchantements, la métamorphose, l'astronomie et la divination.
△ baguette : bois d'acacia, vingt-trois centimètre, plume de phénix. une baguette très souple, capricieuse et excellente pour les enchantements les plus complexes
Mer 12 Juil - 18:13
" sneaking out. really ? " feat. arthur

sneaking out. really ?!
Alana & Arthur

À peine une semaine que j'étais de retour à Poudlard. La septième année et non la moindre. Si huit jours s'étaient écoulés depuis le banquet de début d'année, j'avais plutôt l'impression que ça faisait une décennie. Comme toujours, mon horaire était extrêmement chargé. Ça va, c'est ainsi que j'aime gérer ma vie, mais admettons qu'entre la reprise des cours, les devoirs qu'on nous empile déjà sur la tête, mes premières réunions de club, mes rôles importants au sein de ces derniers tout comme celui de préfète. Le tout, c'est sans parlé de la pression qu'on nous mets déjà en ce qui concerne les aspics à la fin de l'année. En tout honnêteté, ce tourbillon d'événements en si peu de temps, ça donne un peu le tournis. Quoi qu'il en soit, il faut se montrer à la hauteur si on veut avec de belles références et un avenir digne de ce nom!

J'avais quitté la salle commune des serdaigles juste un peu avant le couvre-feu. Quand on est préfet, on a un rôle d'autorité à tenir face aux étudiants, celui de guide et de soutient également, mais ça vient avec des tâches ennuyeuses. Notamment; les rondes de surveillance. Aujourd'hui, je faisais la dernière de la journée. Je devais m'assurer que tout le monde était bien rentré dans son dortoir après le couvre-feu avant de m'y rendre à mon tour. Les dernières rondes de surveillance étaient uniquement fait par des étudiants de dernière année et si, habituellement, nous étions deux, je devais me coltiner la mienne en solitaire parce que mon partenaire avait eu un petit accident en cours de potions. Notre fabuleuse, si parfaite et magnifique préfète-en-chef – lire ici beaucoup d'ironie et de jalousie à son égard parce qu'elle m'a volé l'insigne sous le nez – Gloria Black n'a pas cru bon de le remplacer. Selon elle, il n'y avait personne de disponible. Je pourrais mettre ma main à couper que dans une telle situation, elle est sensé prendre la place de celui qui est « hors-service ». Évidemment, la serpentarde est trop bien pour ça. Donc je suis seule à patrouiller dans les couloirs cette nuit. Une tâche longue et emmerdante que j'aurais volontairement échangé pour passer ma soirée à regarder les étoiles dans mon télescope à la fenêtre du dortoir des septièmes année de la tour de serdaigle.

J'avais commencé par les étages du haut si bien qu'il devait être pas très loin de vingt-trois heures lorsque j'atteignis le rez-de-chaussé. J'étais fatiguée, j'avais mal aux pieds et tout ce à quoi j'arrivais à penser de manière très claire était mon lit douillet qui m'attendait. La ronde avait été assez mouvementé. Au niveau de la salle de trophée, j'avais dut renvoyer dans leur dortoir une bande de petits gryffondors de troisième année sortie pour faire de l'exploration. Ils avaient montré beaucoup d'opposition à l'idée de devoir rentrer dans leur tour. On m'avait même proposé de porter mon sac et d'être à mon service pendant toute une semaine si je les laissais faire. Évidemment, je n'étais pas si facile à acheter. Quelques points en moins, un avertissement de ne pas recommencer et une prévention quant au fait que leur écart de conduite serait rapporté au directeur de leur maison et ils s'étaient dispersé comme un banc de poissons que l'on dérangeait. Je m'étais assuré qu'ils passent la porte de leur tour avant de reprendre mon travail. Ça m'avait considérablement fait perdre mon temps tout ça. J'étais à bout de patience, de force et de fatigue en passant par le hall. Heureusement, il ne me restait plus que les cachots à faire. Normalement, un préfet partait du haut et l'autre du bas du château pour se croiser au milieu. C'était beaucoup plus rapide ainsi. Pas de chance, je devais faire le tout!

L'écho de mes pas furent amplifiés par l'accoustique du halle d'entrée. C'est qu'il était particulièrement énorme ce hall. On aurait put y faire tenir une maison et sa cours en entier. S'il était magnifique le jour, il devenait un peu inquiétant le soir quand il n'y avait plus que la lueur de ma baguette pour m'éclairer. Chacun de mes pas donnait l'impression qu'on me suivait. On devenait facilement nerveux dans le noir. Je n'avais pas tendance à être peureuse, mais ce soir, je sursautais d'un rien. Je jetai quelques regards derrière moi avec l'affreuse impression qu'on me suivait. Sans doute que je divaguais... J'allais m'enfoncer dans l'escalier menant aux cachots lorsqu'une ombre passa dans le coin de mon regard. Je me retournai, nerveuse. La lueur de ma baguette n'arrivait pas à éclairer grand chose, mais j'avais la certitude qu'il y avait quelqu'un, que je n'étais pas seule. « Qui est là? », demandais-je incertaine. Sans doute que je divaguais. On ne me répondrait sûrement pas.
Made by Neon Demon

_________________
SANS RIRE C'EST PLUS FACILE DE RÊVER
et on se prend la main, comme des enfants le bonheur aux lèvres, un peu naïvement et on marche ensemble, d'un pas décidé alors que nos têtes nous crient de tout arrêter. Ton rire me crie, de te lâcher Avant de perdre prise et d'abandonner. Nous n'avons plus rien, à risquer À part nos vies qu'on laisse de côté
Revenir en haut Aller en bas
membre ≡ gryffindor house
avatar
membre ≡ gryffindor house
Voir le profil de l'utilisateur
△ inscrit(e) le : 02/07/2017
△ messages : 101
△ points : 500
△ pseudo : j!han (morgane)
△ avatar : tom holland
△ crédits : (avatar)
△ disponibilité rp : parfaitement dispo

△ âge : dix-sept ans, il fêtera sa dix-huitième année le trente et un octobre prochain.
△ statut du sang : sang-mêlé, à la fois sorcier et moldu, sa mère est une moldue et son père un sorcier
△ amoureusement : indépendant. Il consacre plus de temps à surveiller ses soeurs qu'à chercher le grand amour de toute manière.
△ maison : gryffondor, il est casse-cou et particulièrement effronté, sa maison lui correspond parfaitement
△ études : élève de septième et dernière année, il a abandonné les potions, la dcfm et la divination l'année dernière. En revanche, il excelle en soins aux créatures magiques, en botanique et en métamorphose.
△ baguette : taillée dans du bois d'érable, parfaite pour ses désirs d'évasion et d'explorations, souple et légèrement incurvée, elle trouve dans le coeur de ses vingt-sept centimères une tige de dictame.
Ven 21 Juil - 13:14
Re: " sneaking out. really ? " feat. arthur
sneaking out. really ?
arthur & alana
   septembre 2016
Arthur n’était, par définition, pas le dernier des imbéciles. Bien sûr, il n’était clairement pas le plus brillant de sa fratrie mais il était loin d’être le pire élève de Poudlard. Il avait passé ces dernières années à bouder les cours de manière magistrale pour mettre à profit toutes ses autres qualités et cela ne faisait pas de lui le plus grand crétin de l’histoire. Mais en réalité, même le dernier des derniers savait parfaitement qu’il ne fallait en aucun cas se précipiter dans les couloirs une minute après que le couvre-feu soit prononcé. C’était donc un jeune gryffondor monté sur ressort qui attendait sagement allongé sur son lit que les minutes défilent et lui permettent de faire ce qu’il avait à faire. C’était la première semaine de cours et il avait déjà la bougeotte, comme chaque année et pour être tout à fait cohérent, comme chaque minute de sa vie. Il ne supportait pas rester sans bouger et surtout, il supportait mal la proximité des murs de sa chambre. Il était comme ses sœurs, il avait sa faiblesse sans réelle explication. Personne ne savait vraiment pourquoi Alana avait le vertige quand Arthur et Aleska grimpaient sur un balai dès qu’ils en avaient l’occasion. Ses parents n’avaient jamais compris pourquoi Aleska avait peur de l’orage quand Arthur faisait son possible pour sortir à chaque fois qu’il pleuvait en entraînant sa plus jeune sœur derrière lui. Et enfin, allez comprendre comment Arthur avait fini par devenir complètement claustrophobe quand l’endroit préféré de sa serdaigle de sœur était la bibliothèque du château ? Ils étaient si différents sur bien des aspects, ils avaient chacun leur caractère et ils se complétaient à merveille, comme les trois parties d’un seul tout. C’était ainsi que le jeune gryffondor percevait ses sœurs, ses deux autres moitiés lui étaient indispensables. Et il avait parfois du mal à les imaginer si proches de lui et à la fois si éloignées. Maintenant qu’ils étaient à nouveau à Poudlard, il n’était plus question de rejoindre l’une d’elle dans sa chambre pour squatter son lit, ils ne pouvaient plus se le permettre. Même si la salle commune d’Alana n’était pas si loin de la sienne, il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas mettre les pieds dans son dortoir. Alors comme souvent, il préférait prévoir une petite escapade nocturne plutôt que de se morfondre au fond de son lit. Il avait également la possibilité de rejoindre Adrian sous ses draps pour l’emmerder un petit peu comme il avait si souvent l’habitude de le faire mais il avait trop besoin de sortir, il avait une mission à accomplir qu’il rêvait de porter à son terme depuis au moins trois ans déjà. Après de longues minutes et presque une heure à tourner en rond dans son lit, Arthur estima que le temps était à présent venu de faire ce pour quoi il était réveillé depuis que les lumières du dortoir s’étaient éteintes. Et même avec la plus grande des volontés, il n’aurait pas réussi à fermer l’œil, il avait trop envie de sortir. Il s’empressa donc de rabattre les draps qui le couvraient tout au bout de son lit et releva le haut du corps. Il avait gardé son jean et un t-shirt pour éviter de perdre du temps à se changer et il enfila rapidement son sweat à capuche. Il avait l’habitude de porter des vêtements moldus en dehors des cours puisque c’était là ce qu’il portait lorsqu’il n’était pas au château. Avoir une mère moldu pouvait avoir ses avantages puisqu’il n’était pas forcé d’être habillé en sorcier tout le temps. Il s’empressa de rabattre sa capuche pour essayer de passer inaperçu et au cas où quelqu’un viendrait à l’apercevoir. Il courait très vite et il pouvait échapper à n’importe qui mais s’il montrait trop facilement son visage, il n’y avait pas de grand intérêt à ce qu’il court comme un dératé. Il ne lui fallut pas longtemps pour traverser le dortoir sans faire le moindre bruit et encore moins longtemps pour traverser la salle commune, ouvrir le portrait de la grosse dame et partir en courant avant que cette dernière n’alerte tout le château en lui demandant où il pouvait bien aller à cette heure-ci. Il avait une mission bien précise et il entendait bien la remplir. Si ses calculs étaient exacts, il ne devait pas rester grand monde dans les couloirs à cette heure-ci et à moins de tomber sur un prof, il allait pouvoir se balader tranquillement. La prudence n’était pas son fort, il aimait foncer tête baissée et il se retrouvait souvent dans les ennuis à cause de cela. Il était pourtant pressé d’atteindre son but et il se mit donc à accélérer la cadence pour dévaler les sept étages qui le séparaient du parc. Il se mit pas très longtemps et il eut même la chance de ne croiser personne, un miracle quand même. Il avait sous le bras un bouquin qu’il ne lisait absolument jamais puisqu’il n’avait jamais suivi le moindre cours sur le sujet. Il avait piqué un bouquin d’astronomie à un camarade de dortoir pour une occasion toute spéciale. Il était entrain de descendre les dernières marches qui menaient au hall d’entrée quand il entendit des bruits de pas. Il ne manqua pas de se planquer derrière une statue pour laisser passer une silhouette en contre-bas et il dévala les marches rapidement pour atteindre le bas de l’escalier pour éviter de se faire repérer mais il se rendit compte trop tard que son entreprise avait échoué. Il se figea en entendant une voix s’élever. « Qui est là? » Son cœur rata un ou deux battements et il mit quelques secondes avant de se rendre compte que la personne en question ne l’avait pas vraiment repéré. Il était à présent caché derrière une grosse statue mais surtout, il calmait doucement les battements de son cœur. Il n’avait rien à craindre et un léger sourire passa sur son visage. Il se permit de modifier légèrement sa voix sans pour autant cacher qui il était. Il savait qu’elle le reconnaîtrait mais il avait envie de jouer. Il prit une voix sortie d’un film d’horreur et il se pencha sans pour autant se montrer. « C’est ta conscience Alana, il faut qu’on discute toi et moi ! » Il souriait comme un dément tant il se trouvait puéril mais la tentation était trop forte. « Ca fait bien trop longtemps que tu n’as pas dit à ton frère combien il est génial et exceptionnel, il ne faut pas rejeter l’admiration que tu lui portes ! » Il savait qu’elle n’y croirait pas un instant mais ce n’était pas le but non plus. Il resta dans l’ombre encore quelques instants avant de finalement se détacher de la statue et de se rapprocher de la boule de lumière qui émanait de la baguette de sa jumelle. Il lui adressa un merveilleux sourire dont il avait le secret. « Tu vas pas m’enlever des points hein ? » Il savait bien que non et il en jouait énormément. Elle n’allait pas le punir ou le dénoncer. Il se rendit compte qu’il avait toujours le bouquin dans les mains et sachant ce pourquoi il était sorti, il s’empressa de le planquer dans son dos pour ne pas qu’elle le voit et pour éveiller ses soupçons, même s’il se doutait bien qu’elle finirait par le découvrir. Il sauta d’un pied sur l’autre comme il en avait l’habitude quand il ne tenait pas en place. « Les rondes des préfets devraient être terminées, tu fais des heures supp’ soeurette ou tu goutes aux joies de l’interdit ? » Sa si sage et douce petite sœur. Il ne pouvait s’empêcher de la taquiner.

   
Revenir en haut Aller en bas
 
" sneaking out. really ? " feat. arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ][6 novembre 1990] Pub... and Go! • Feat Arthur Kirkland
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» Une aide innatendu, un interêt étrange... [pv Arthur]
» Arthur Ambre.
» Arthur Lockhart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
turn on the light :: le rez-de-chaussée :: le hall d'entrée-
Sauter vers: